Injuriée, ni convocation, ni excuse de l’élève

« 

Je suis professeur et cette année, la violence verbale est de plus en plus fréquente. En octobre un élève à qui je demandais le silence m’a répondu que j’étais de la merde avant de partir en claquant la porte : trois jours d’exclusion mais aucune excuse à me présenter. J’ai dû prendre sur moi de lui interdire l’accès à mon cours en l’absence d’excuses écrites.

Le 14 décembre, alors que je demandais à un élève de se déplacer jusqu’à la table située devant moi afin de veiller à ce qu’il n’utilise pas son portable pendant le cours, car il est coutumier du fait, il me répond que je n’ai pas le droit de lui imposer cela et que j’agis ainsi car il n’a pas la bonne couleur. J’ai fait un rapport mais l’élève n’a même pas été convoqué.

Ce genre de situation commence à revenir régulièrement. Les cas d’insultes et d’attitudes inadmissibles envers les profs se produisent très souvent, mes collègues m’en racontent régulièrement. Nous avons l’impression que certains élèves agissent en étant persuadés d’avoir tous les droits et nous aucun.

— Anonyme