Accusée à tort, giflée en pleine classe

« 

J’ai été victime d’accusations de violences sur un élève en début d’année. Accusations accompagnées d’un certificat médical comme quoi l’enfant présentait des traces de coups, se plaignait de douleurs, concordant avec une agression par son professeur.

Simplement pour avoir rappelé à l’ordre cet élève qui avait fait faire son travail… par sa mère ! Affaire restée « en interne » – Il m’a fallu quelques temps pour « digérer » le tout.

Je n’avais pas porté plainte, sur conseil de l’autonome de solidarité, qui me déconseilla de me lancer dans une procédure longue. Mais ce fut un moment de carrière particulièrement difficile à vivre. Cette même année, dans mon école, une collègue de Clis fut giflée en pleine classe par un de ses élèves.