Au professeur de ma fille

Si j’ai profité moi-même de quelques enseignants remarquables, c’est à un professeur de ma fille que je dois la plus grande reconnaissance. Celle-ci en effet rêvant d’une carrière scientifique que lui interdisait son niveau en maths, avait, pour préserver ses chances, demandé à redoubler sa 3ème ㅡ quoique admise en 2ème langue ㅡ. Suite à la réforme Haby, elle se trouve de ce fait confrontée à des élèves qui font physique et chimie depuis la 6ème, elle qui n’en a jamais fait.

Son professeur me convoque : “C’est curieux, cette enfant manque totalement de bases, et pourtant quand je pose un problème un peu délicat elle est souvent la seule à le résoudre.

Véronique a depuis passé sa thèse de doctorat sur le traitement des eaux, dont elle a fait son métier en Australie, où elle est devenue, depuis 20 ans, l’expert de l’hémisphère sud.